La banque centrale élabore une nouvelle arme pour soutenir les Etats.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La banque centrale élabore une nouvelle arme pour soutenir les Etats.

Message par Dylan le Ven 3 Aoû - 5:57

La BCE va façonner un nouveau programme d'achats de dette sur les marchés. Le dispositif se concentrera sur les maturités courtes, une façon de rester dans son champ de compétence.

« Il ne sert à rien de parier contre l'euro, ni de prendre des positions vendeuses sur l'euro : l'euro perdurera, il est irréversible » a clamé le président de la Banque centrale européenne (BCE) devant le parterre de journalistes venus assister à la conférence de presse mensuelle de l'institution. Mario Draghi a ainsi rappelé une antienne bien connue des salles de marchés : « Don't fight the central bank » (« ne défie pas la banque centrale »). Sous-entendu : c'est un adversaire imbattable.
Montrer les dents, avant d'intervenir. Telle est la stratégie que déroule Mario Draghi depuis une semaine. Aucune action concrète n'a été déclenchée hier, mais l'Italien a promis que « dans les semaines qui viennent, de nouvelles modalités [d'action] seront mises sur pied ». Avare de détails, Mario Draghi a néanmoins laissé entendre qu'il s'agirait d'un programme d'achats de dette de court terme dans le marché. Autrement dit, une version nouvelle du dispositif lancé en 2010 pour la Grèce, puis utilisé pour l'Irlande, le Portugal, l'Italie et l'Espagne (un total de 210 milliards d'euros environ a été consacré à ce programme). « Nous pourrions lancer des opérations d'intervention directe dans le marché, d'une taille en rapport avec les objectifs visés », a-t-il déclaré exactement.
Des achats de grande ampleur

Pour Julian Callow, chez Barclays, cela veut certainement dire que la BCE va effectuer des achats de grande ampleur, qui seront concentrés sur les maturités courtes des dettes espagnoles et italiennes. Le but ? Faire baisser les taux courts, qui atteignent des niveaux très élevés. C'est d'ailleurs ce qui s'est produit hier : après la réunion, les coûts d'emprunt espagnol et italien à 2 ans se sont détendus. De cette façon, les marchés obligataires reviennent à une configuration plus normale (qui veut que les dettes de court terme présentent moins de risque que celles de long terme). Une manière de dire aux investisseurs qu'ils n'ont pas à craindre une faillite prochaine de ces Etats.
« Le risque de convertibilité »

Viser les dettes de court terme permet aussi à la BCE de rester dans le champ de la politique monétaire conventionnelle. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, selon Harvinder Sian, de RBS, l'institution pourrait ne cibler que des dettes inférieures à un an. Du point de vue de la BCE, c'est sans doute une manière de moins se heurter à la Bundesbank, qui considère les achats de dette comme de la monétisation (interdite par le traité). Un membre du Conseil des gouverneurs a d'ailleurs déjà dit non. Il s'agit vraisemblablement de Jens Weidmann.
La BCE essaie aussi de justifier le bien-fondé de ses futures intervenions en s'appuyant sur un nouvel argument, que Mario Draghi appelle « le risque de convertibilité ». Selon lui, c'est parce que les investisseurs craignent d'être remboursés dans une autre devise que l'euro (ce qui arrivera si un Etat sort de l'Union monétaire), qu'ils demandent des rémunérations vertigineuses pour détenir des dettes de pays fragiles. S'attaquer à ce problème relève du mandat de la BCE, selon lui.
Enfin, le président de l'institution a aussi voulu rassurer les investisseurs sur un point crucial : la BCE ne sera sans doute plus considérée comme un créancier privilégié. En d'autres termes, si un pays fait faillite et que la banque centrale détient une partie de sa dette, elle sera peut-être amenée à subir des pertes (ou à renoncer à ses éventuels profits). De la sorte, l'effacement de dette ne reposera pas uniquement sur les épaules des investisseurs. Le précédent grec avait définitivement fait fuir les acheteurs d'obligations. Ce qui explique que le programme d'achats de dette n'a jamais réussi à relancer vraiment la demande pour les dettes des pays fragiles.

_________________
Salut, Invité !

Aide moi en cliquant sur ce lien, cela ne te coûte absolument rien et ça serais sympas pour moi [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] !

Dylan
Webmaster

Messages : 226
Réputation : 10
Date d'inscription : 26/04/2011
Age : 18
Localisation : Grenoble (38)

http://itech.jeun.fr / http://xentia-rp.tk/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum